🇼đŸ‡č Un agriculteur italien arrĂȘtĂ© aprĂšs avoir tirĂ© sur ses travailleurs migrants indiens fainĂ©ants « pour les pousser Ă  travailler davantage »

Un agriculteur italien a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© pour avoir tirĂ© sur des travailleurs agricoles migrants afin de les faire travailler plus vite et davantage. Les travailleurs avaient Ă©tĂ© menacĂ©s Ă  plusieurs reprises, selon une enquĂȘte.

L’homme de 35 ans a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© dans la ville cĂŽtiĂšre de Terracina, entre Rome et Naples. Il aurait tirĂ© sur les travailleurs indiens qu’il employait. La Ministre des politiques agricoles, Teresa Bellanova, a rĂ©agi en disant qu’elle Ă©tait « sans voix ». Elle a appelĂ© Ă  mettre fin aux pratiques abusives en matiĂšre de travail. Elle a dit qu’il est important que les lois contre l’exploitation des travailleurs soient « pleinement appliquĂ©es ».

« De telles histoires doivent cesser« , a déclaré Nicola Zingaretti, secrétaire du Parti démocratique (PD) et président de la région du Latium.

La police de Terracina avait ouvert une enquĂȘte aprĂšs que cinq ouvriers agricoles eurent accusĂ© leur employeur de les menacer Ă  plusieurs reprises, y compris avec des armes Ă  feu, pour qu’ils puissent rĂ©colter plus rapidement.

Certains des travailleurs ont dĂ©missionnĂ©, ce qui aurait mis l’agriculteur en colĂšre. Le 10 octobre, aprĂšs qu’un autre ouvrier agricole eut dĂ©cidĂ© de quitter son emploi, l’agriculteur se serait rendu dans les logements des ouvriers, dĂ©terminĂ© Ă  leur donner une « leçon ». Il aurait tirĂ© sur certains travailleurs, mais il n’en a pas touchĂ© un seul. Il aurait Ă©galement pointĂ© l’arme sur leur gorge.

Lorsque la police est arrivĂ©e sur les lieux du crime, l’agriculteur n’a pas rĂ©sistĂ© Ă  son arrestation. Cependant, lorsqu’on lui a demandĂ© de leur montrer le fusil de chasse dont il Ă©tait en possession lĂ©gale, la police a dĂ©clarĂ© qu’il avait Ă©tĂ© volĂ©. Les policiers ont dĂ©couvert que des complices l’avaient aidĂ© Ă  cacher l’arme, qui a Ă©tĂ© trouvĂ©e et confisquĂ©e.

Le propriĂ©taire de l’exploitation devra dĂ©sormais rĂ©pondre des accusations d’exploitation de travailleurs, de menaces aggravĂ©es par l’utilisation d’une arme Ă  feu, de lĂ©sions corporelles, de possession illĂ©gale de munitions et de non-respect des lois concernant le signalement des matiĂšres explosives, de soumission des travailleurs Ă  des conditions dĂ©gradantes et le paiement de salaires non conformes aux lois en vigueur, ainsi que leur paiement.

Ansa via fdesouche

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram