Matteo Salvini regrette le choix du chanteur d’origine egyptienne Mahmood pour représenter l’Italie à l’Eurovision

Le ministre de l’Intérieur italien a fait part de son étonnement sur Twitter.
Il s’appelle Mahmood et il représentera l’Italie au prochain concours de l’Eurovision. Une nouvelle qui a visiblement contrarié le vice-président du Conseil et ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, qui s’en est ému ce week-end sur Twitter après la victoire du jeune homme de 26 ans. L’élu d’extrême-droite a ainsi tweeté samedi à propos de la chanson “Soldi” (“L’argent”) : “Mahmood… Mais… La plus belle chanson italienne ? Moi, j’aurais choisi Ultimo, et vous, qu’est-ce que vous en dites ?“. Le tweet est accompagné d’une capture d’écran peu flatteuse, qui semble avoir été réalisée à la va-vite, où l’artiste tire la langue.

Une question d’autant moins anodine que c’est le chanteur Ultimo qui est arrivé en tête des suffrages des téléspectateurs, avec 46,5% des voix lors de la 69e édition du Festival de la chanson italienne de Sanremo, qui permet de désigner le représentant de l’Italie. Une partie du public n’a pas manqué de noter que c’est grâce aux votes du jury professionnel et des journalistes qu’Alessandro Mahmoud s’est retrouvé propulsé à la première place, parmi les 24 titres en compétition.

“La rencontre des différentes cultures génère de la beauté” LOL

En conférence de presse, le lauréat a évacué toute polémique à venir sur ses origines en rappelant qu’il était né et avait grandi à Milan et qu’il se sentait donc “Italien à 100%”. Ayant des racines égyptiennes de par son père et sardes de par sa mère, Mahmoud s’est fait connaître grâce à sa participation en 2012 à la version italienne de “X Factor”. L’ex-compagne de Matteo Salvini, l’animatrice Elisa Isoardi, a pris la défense du jeune homme sur les réseaux sociaux en estimant que “la rencontre des différentes cultures génère de la beauté”.

Créé en 1951, le Festival de la chanson italienne de Sanremo, qui a permis de désigner Mahmoud, est une véritable institution en Italie. Sa diffusion télévisée s’étale sur cinq émissions et est suivie par plus de 10 millions de téléspectateurs en moyenne, dépassant souvent les 50% de part d’audience. Ce rendez-vous a vu défiler les décennies passées les plus grands noms de la chanson italienne, comme Eros Ramazotti, Andrea Bocelli ou Laura Pausini.

Source

Daniel Conversano

Écrivain occidentaliste - Commander Désolé Jean-Pierre ici