🇫🇷 Marine Le Pen prĂ©tend ne “pas connaĂ®tre” la thĂ©orie du “Grand Remplacement” qu’elle rejetait en 2014

S’embrouiller dans ses soumissions. Marine Le Pen est catĂ©gorique, et pourtant… La prĂ©sidente du Rassemblement national a affirmĂ©, dimanche 17 mars, qu’elle ne “connaissait pas” la thĂ©orie du “grand remplacement”, citĂ©e par le terroriste d’extrĂŞme droite de Christchurch, en Nouvelle-ZĂ©lande. InterrogĂ©e sur France 3, elle a ajoutĂ© n’avoir “jamais utilisĂ© ce terme-lĂ ”.

Pourtant, en 2011, celle qui Ă©tait alors prĂ©sidente du Front national avait dĂ©jĂ  Ă©voquĂ©, en des termes proches, cette thĂ©orie de l’Ă©crivain Renaud Camus, comme le note sur Twitter le journaliste Paul Aveline.

Si l’expression “grand remplacement” n’est pas directement utilisĂ©e par Marine Le Pen dans cette dĂ©claration de 2011, elle le sera trois ans plus tard, dans une interview accordĂ©e au JDD en novembre 2014. La leader du FN de l’Ă©poque est une nouvelle fois interrogĂ©e sur cette thĂ©orie et elle s’en dĂ©marque, preuve, s’il en est, qu’elle la connaĂ®t. “Le concept de ‘grand remplacement’ suppose un plan Ă©tabli. Je ne participe pas de cette vision complotiste”, explique ainsi la patronne du FN de l’Ă©poque. “Je pense de manière plus pragmatique que l’immigration est utilisĂ©e depuis trente ans par les grands milieux financiers pour peser Ă  la baisse sur les salaires, avec une grande efficacitĂ© si j’en crois les derniers chiffres”, poursuit-elle.

Source : France TV info

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram