đŸ‡©đŸ‡Ș L’Office des Ă©trangers divulge des infos confidentielles Ă  des criminels migrants afin qu’ils Ă©chappent Ă  la police

Allemagne – L’Office fĂ©dĂ©ral de la police criminelle de Berlin soupçonne l’Office des Ă©trangers d’avoir mis en garde des migrants criminels contre des opĂ©rations policiĂšres. Ce n’est pas la premiĂšre fois que la police a des problĂšmes avec les autoritĂ©s de l’immigration.

Les employĂ©s des centaines de bureaux des Ă©trangers en Allemagne portent une lourde responsabilitĂ© : ils dĂ©livrent ou refusent des permis de sĂ©jour, aident Ă  dĂ©cider si un Ă©tranger peut rester dĂ©finitivement – ou s’il doit quitter le pays. Enfin, les employĂ©s ont accĂšs Ă  des donnĂ©es, des documents et des renseignements importants.

La police criminelle berlinoise suspecte que les criminels reçoivent des informations confidentielles de l’Office des Ă©trangers de Berlin lorsqu’ils font l’objet d’une enquĂȘte. Il est Ă©galement possible que des cambrioleurs en sĂ©rie aient Ă©tĂ© mis en garde contre des opĂ©rations policiĂšres.

Le « Berliner Zeitung », qui, selon ses propres informations, a reçu une circulaire de la police criminelle adressĂ©e aux services d’enquĂȘte de toutes les directions, a enquĂȘtĂ© sur ces Ă©vĂ©nements. La lettre, publiĂ©e il y a plus d’une semaine, contient des recommandations sur la façon dont la police doit refuser de communiquer des informations aux autoritĂ©s de l’immigration afin de ne pas compromettre les enquĂȘtes. C’est particuliĂšrement le cas lorsque des perquisitions ou l’exĂ©cution d’un mandat d’arrĂȘt sont en cours. L’Office fĂ©dĂ©ral de la police criminelle a confirmĂ© WELT « l’existence de la lettre ».

En juin, la police fĂ©dĂ©rale a lancĂ© un avertissement Ă  l’échelle nationale en raison des lacunes en matiĂšre de sĂ©curitĂ© dans l’Office des Ă©trangers de Berlin. AprĂšs que des cambrioleurs aient volĂ© des documents et des sceaux officiels au DĂ©partement des Ă©trangers le week-end de PĂąques, de plus en plus de faux permis de sĂ©jour ont Ă©tĂ© dĂ©couverts depuis lors.

La lettre de la police fĂ©dĂ©rale, rapportĂ©e pour la premiĂšre fois par « Bild am Sonntag », mentionne un total d’environ 20.000 documents perdus, non seulement Ă  cause de l’effraction du dimanche de PĂąques, mais aussi Ă  cause d’au moins un acte similaire en octobre 2017, lorsque des documents avaient Ă©galement Ă©tĂ© volĂ©s au dĂ©partement des Ă©trangers de Berlin, qui peuvent servir Ă  dĂ©livrer ou Ă©tendre des permis de sĂ©jour aux demandeurs d’asile.

Welt.de via fdesouche

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram