L’Iran tire une dizaine de missiles sur des bases abritant des Américains en Irak

Le président américain Donald Trump a été informé de la situation. Ces attaques interviennent dans un contexte d’escalade des tensions entre Washington et Téhéran après l’assassinat ciblé du général iranien Qassem Soleimani par les États-Unis.

Plus d’une douzaine de missiles se sont abattus dans la nuit de mardi à mercredi sur deux bases utilisées par l’armée américaine en Irak, celles d’Aïn al Assad et d’Erbil, a indiqué mardi soir le Pentagone. Aucune information n’est disponible dans l’immédiat sur d’éventuels victimes ou dégâts. Ces attaques interviennent dans un contexte d’escalade des tensions entre les États-Unis et l’Iran après l’attaque américaine à Bagdad dans laquelle le général iranien Qassem Soleimani a été tué. Les funérailles de ce dernier se terminent à peine.

Ces frappes, survenues en trois vagues, ont été menées avec «des dizaines de missiles», ont annoncé les Gardiens de la révolution iraniens, l’armée idéologique de la République islamique cités par la télévision d’Etat iranienne. Dans un communiqué publié dans la nuit, les Gardiens «confirment avoir tiré des roquettes contre une base aérienne américaine en Irak pour venger la mort du général Soleimani», et conseillent aux États-Unis de retirer leurs troupes de la région afin d’éviter le meurtre de soldats supplémentaires. «Toute agression américaine contre Téhéran donnera lieu à une réponse dévastatrice et les alliés des États-Unis dans la région seront eux aussi attaqués s’ils contribuent à des attaques contre l’Iran», préviennent-ils.

Le Figaro

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram