🌍 Les vestiges de l’antique Apollonia d’Illyrie saccagĂ©s par des intĂ©gristes albanais

Les intĂ©gristes abrahamiques finissent le travail massif de dĂ©culturation entrepris par les chrĂ©tiens dès le IVe siècle. Sur le site classĂ© patrimoine mondial de l’UNESCO, les anciennes colonnes de marbre du nymphĂ©e ont Ă©tĂ© abattues et brisĂ©es. Les ruines sacrĂ©es avaient jusque lĂ  survĂ©cu Ă  la destruction des temples europĂ©ens par les chrĂ©tiens par les dĂ©crets de ThĂ©odose, interdisant toute religion ancestrale, mĂŞme la tradition des Jeux Olympiques qui ne reviendra qu’avec sa restauration peu avant le XXe siècle.

 

En Grèce antique, le nymphĂ©e Ă©tait un sanctuaire consacrĂ© aux nymphes sous forme d’un bassin recevant une source considĂ©rĂ©e Ă  l’origine comme sacrĂ©e. Ă€ l’origine, ces monuments Ă©taient des grottes naturelles attribuĂ©es comme habitations aux nymphes locales par la tradition. (…)

Apollonia d’Illyrie, ville modèle

Apollonia est le nom de plusieurs villes grecques oĂą se trouvaient des temples et des oracles d’Apollon. Celle situĂ©e en Albanie, Apollonia d’Illyrie Ă©tait peut-ĂŞtre la plus importante d’entre elles. Elle a Ă©tĂ© fondĂ©e en 588 avant JĂ©sus Christ par des colons grecs de Corfou et de Corinthe sur un site oĂą vivaient des tribus indigènes illyriennes.

Ville autonome et indĂ©pendante pendant de nombreux siècles, elle a Ă©tĂ© incorporĂ©e au royaume d’Épire, puis au royaume de MacĂ©doine. LouĂ©e par Aristote, Apollonia d’Illyrie Ă©tait très bien gouvernĂ©e et a prospĂ©rĂ© grâce Ă  son riche arrière-pays agricole ainsi qu’Ă  son rĂ´le dans la traite des esclaves, favorisĂ©e par son port important dont on prĂ©tend qu’il pouvait accueillir une centaine de bateaux en mĂŞme temps.

Durant l’Ă©poque romaine, elle abritait mĂŞme une Ă©cole de philosophie renommĂ©e. Une existence prospère qui voit son dĂ©clin approcher dès le IIIe siècle lorsque son port commence Ă  s’ensabler Ă  la suite d’un tremblement de terre. Elle finira par ĂŞtre abandonnĂ©e vers la fin de l’AntiquitĂ©.

Le Figaro

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram