🌍 Les vestiges de l’antique Apollonia d’Illyrie saccagés par des intégristes albanais

Les intégristes abrahamiques finissent le travail massif de déculturation entrepris par les chrétiens dès le IVe siècle. Sur le site classé patrimoine mondial de l’UNESCO, les anciennes colonnes de marbre du nymphée ont été abattues et brisées. Les ruines sacrées avaient jusque là survécu à la destruction des temples européens par les chrétiens par les décrets de Théodose, interdisant toute religion ancestrale, même la tradition des Jeux Olympiques qui ne reviendra qu’avec sa restauration peu avant le XXe siècle.

 

En Grèce antique, le nymphée était un sanctuaire consacré aux nymphes sous forme d’un bassin recevant une source considérée à l’origine comme sacrée. À l’origine, ces monuments étaient des grottes naturelles attribuées comme habitations aux nymphes locales par la tradition. (…)

Apollonia d’Illyrie, ville modèle

Apollonia est le nom de plusieurs villes grecques où se trouvaient des temples et des oracles d’Apollon. Celle située en Albanie, Apollonia d’Illyrie était peut-être la plus importante d’entre elles. Elle a été fondée en 588 avant Jésus Christ par des colons grecs de Corfou et de Corinthe sur un site où vivaient des tribus indigènes illyriennes.

Ville autonome et indépendante pendant de nombreux siècles, elle a été incorporée au royaume d’Épire, puis au royaume de Macédoine. Louée par Aristote, Apollonia d’Illyrie était très bien gouvernée et a prospéré grâce à son riche arrière-pays agricole ainsi qu’à son rôle dans la traite des esclaves, favorisée par son port important dont on prétend qu’il pouvait accueillir une centaine de bateaux en même temps.

Durant l’époque romaine, elle abritait même une école de philosophie renommée. Une existence prospère qui voit son déclin approcher dès le IIIe siècle lorsque son port commence à s’ensabler à la suite d’un tremblement de terre. Elle finira par être abandonnée vers la fin de l’Antiquité.

Le Figaro

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram