Le pape se retrouve de nouveau à embrasser les pieds des Africains, pressant des dirigeants du Soudan du Sud de préserver la paix

Jeudi, au terme d’une retraite sans précédent au Vatican, dans un geste spectaculaire, le pape François s’est agenouillé pour baiser les pieds des dirigeants du Soudan du Sud autrefois ennemis, les pressant de ne pas retourner vers la guerre civile

Il en a appelé au Président Salva Kiir, à son ancien vice-président devenu chef rebelle Riek Machar, et à trois autres vice-présidents, les exhortant à respecter l’armistice qu’ils ont signé, et à s’engager à former un gouvernement d’union le mois prochain.

« Je vous le demande comme un frère, restez en paix. Je vous le demande avec mon cœur, allons de l’avant. Il y aura de nombreux problèmes, mais ils n’auront pas raison de nous. Résolvez vos problèmes, » a improvisé François.

Les dirigeants sud-soudanais sont restés interdits tandis que le pape de 82 ans, qui souffre de douleurs chroniques à la jambe, se faisait aider par des assistants pour s’agenouiller péniblement et embrasser les chaussures des deux principaux rivaux sud-soudanais et de plusieurs autres personnes dans la pièce. (…)

Le Vatican a réuni les dirigeants sud-soudanais pour 24 heures de prière et de prêche à l’intérieur de la résidence du pape, dans le but d’apaiser leurs divisions profondes, alors que le pays s’apprête à mettre en place un gouvernement d’union […]. Le Soudan, qui est majoritairement musulman, et son sud, largement chrétien, se sont affrontés pendant des décennies, avant que le Soudan du Sud ne devienne indépendant en 2011. Deux ans plus tard, le Soudan du Sud a plongé dans la guerre civile, après que Kiir, un Dinka, a limogé le vice-président Machar, appartenant lui au groupe ethnique des Nuer. Environ 400.000 personnes sont mortes, et un tiers des 12 millions d’habitants du pays ont été déplacés, provoquant la pire crise de réfugiés d’Afrique depuis le génocide rwandais de 1994…

Source : Reuters

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram