Le chef de la diplomatie du Vatican : « Dans l’histoire des peuples, les migrations ont toujours été un bien pour l’humanité »

Texte de Mgr Gallagher, diplomate du Vatican.

«Quelle vision de l’Europe aujourd’hui? ». La célébration du cinquantième anniversaire de la présence du Saint-Siège au Conseil de l’Europe, dans cette faculté de Théologie de l’Université de Strasbourg, me donne l’occasion et le plaisir de partager avec vous quelques pistes de réflexion sur la vision catholique et chrétienne de ce Continent.

(…) Dans l’histoire des peuples, les migrations ont toujours été un bien pour l’humanité. Au cours des siècles passés, il s’est agi de migrations liées aux conquêtes, mais aussi à la déportation. Les occupations ont toujours entraîné une multitude de victimes et de dévastations. Des civilisations et des cultures ont souvent été anéanties et de nouvelles construites. Il reste que l’histoire est faite de migrations. Et les migrations font aussi partie de notre histoire contemporaine et moderne; elles touchent notamment de nombreux pays de notre chère Europe.

Le moment est sans doute venu de se poser la question: qui sont les migrants? Et le Pape François y répond clairement: ce sont «nos frères et sœurs qui cherchent une vie meilleure loin de la pauvreté, de la faim, de l’exploitation et de la répartition injuste des ressources de la planète qui devraient être divisées équitablement entre tous. N’est-ce pas le désir de chacun d’améliorer ses conditions de vie et d’obtenir un bien-être honnête et légitime, à partager avec les êtres qui lui sont chers ?»[10].

A mon avis, si l’on veut affronter la question des migrations de manière adéquate certains principes méritent aujourd’hui d’être affirmés avec clarté. Dans le même temps un certain nombre de malentendus doivent être dépassés. J’en évoquerai quelques-uns.

Un premier malentendu réside dans l’idée d’une assimilation comprise comme un renoncement à sa propre identité pour assumer l’identité du peuple dans lequel on s’établit et dans lequel on vit.

Un deuxième malentendu concerne l’idée d’un renferment des migrants sur eux-mêmes et sur leur identité propre. Il convient au contraire de favoriser la rencontre et l’enrichissement réciproque entre les divers «mondes» que la migration met en contact.

Vatican.va via fdesouche

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram