🇵🇱 La Pologne rejette l’idĂ©e d’une armĂ©e europĂ©enne et prĂ©fère hĂ©berger l’armĂ©e amĂ©ricaine

Le ministre polonais des Affaires Ă©trangères a rejetĂ© l’idĂ©e de crĂ©er une armĂ©e de l’UE indĂ©pendante de l’OTAN lors de la confĂ©rence de Munich sur la sĂ©curitĂ©. La Pologne, a-t-il dĂ©clarĂ©, a besoin d’une “prĂ©sence amĂ©ricaine” pour rivaliser avec la Russie, Ă©crit RT.com.

La combinaison des forces militaires des 28 États membres de l’UE est depuis longtemps un rĂŞve pour certains dirigeants de l’UE. Le prĂ©sident français, Emmanuel Macron, a Ă©voquĂ© l’idĂ©e de construire une «vĂ©ritable armĂ©e europĂ©enne» pour protĂ©ger les EuropĂ©ens de la Russie, de la Chine et «et mĂŞme des États-Unis» l’annĂ©e dernière. La chancelière allemande Angela Merkel a approuvĂ© l’idĂ©e en disant qu’une telle armĂ©e garantirait “qu’il n’y aura plus jamais de guerre entre les nations europĂ©ennes”. Le plan bĂ©nĂ©ficie Ă©galement du soutien du prĂ©sident de la Commission europĂ©enne, Jean-Claude Juncker.

Cependant, l’UE est plus divisĂ©e que ne le suggère la relation intime entre Macron et Merkel. La vision de Macron a Ă©tĂ© complètement critiquĂ©e par le ministre autrichien de la DĂ©fense, neutre, et par le Premier ministre nĂ©erlandais, Mark Rutte. Maintenant, le gouvernement polonais a Ă©galement rejetĂ© cette idĂ©e.

“Lorsque nous commencerons Ă  parler de la crĂ©ation d’une armĂ©e europĂ©enne indĂ©pendante de l’OTAN, je pense que nous aurons des problèmes”, a dĂ©clarĂ© le ministre polonais des Affaires Ă©trangères, Jacek Czaputowicz. “Pour repousser les menaces auxquelles nous sommes confrontĂ©s en Europe centrale et orientale, nous avons besoin d’une prĂ©sence amĂ©ricaine, ce qui est très important.”

Le Brexit joue un rôle dans le rejet de Czaputowicz. Le Royaume-Uni est la sixième puissance militaire mondiale et constituerait un membre crucial de toute armée de l’UE hypothétique si la Grande-Bretagne restait membre de l’UE et adhérait au plan.

“Nous allons perdre un partenaire très important dans l’UE, une deuxième grande armĂ©e en Europe, un pays, une centrale nuclĂ©aire et un membre permanent du Conseil de sĂ©curitĂ© des Nations unies (au dĂ©part de la Grande-Bretagne)”, a ajoutĂ© Czaputowicz.

En se défendant contre la menace russe perçue, la Pologne a fait la cour aux États-Unis. Le président polonais Andrzej Duda a proposé de verser 2 milliards de dollars pour l’établissement d’une base de division blindée américaine permanente dans le pays, allant même jusqu’à suggérer qu’elle pourrait être baptisée «Fort Trump».

La Pologne a Ă©galement signĂ© mercredi un contrat de 414 millions de dollars pour l’achat du système d’armes M142 HIMARS. Le système HIMARS peut lancer des roquettes et des missiles balistiques tactiques et sa portĂ©e opĂ©rationnelle est de 480 km. L’accord Ă©tait accompagnĂ© d’une dĂ©claration du Pentagone selon laquelle la Pologne et les États-Unis poursuivaient leurs discussions sur de nouveaux dĂ©ploiements amĂ©ricains sur le sol polonais.

La base prĂ©vue a sonnĂ© l’alarme Ă  Moscou. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a qualifiĂ© la proposition polonaise de “dĂ©cision souveraine”, mais a averti que “les consĂ©quences pour l’atmosphère gĂ©nĂ©rale” en Europe seraient “Ă©videntes”.

Dans le mĂŞme temps, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a dĂ©clarĂ© vendredi que “l’UE ne peut pas jouer le rĂ´le de l’OTAN pour assurer la sĂ©curitĂ©. C’est impossible “, ajoutant que” les efforts de l’UE et de l’OTAN se complètent et ne se font pas concurrence “.

Source : Voice of Europe

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram