#Köthen 🇩🇪 Des peines de prison minuscules pour les 2 Afghans qui ont tué un Allemand : la famille de la victime sous le choc

Environ huit mois après la mort d’un homme de 22 ans atteint d’une maladie cardiaque lors d’un litige à Köthen, le tribunal de district de Dessau-Roßlau a condamné les deux accusés. Ils se sont rendus coupables de blessures corporelles ayant entraîné la mort.

Le décès n’était pas qu’un accident, mais il a été causé par les blessures corporelles provoquées par les accusés, a expliqué la juge Uda Schmidt. A l’issue du procès, le ministère public n’avait présumé que des lésions corporelles dangereuses.

Le tribunal a condamné le plus jeune accusé à un an et cinq mois de prison. L’aîné a été condamné à une peine totale d’un an et huit mois. La sentence n’est pas encore définitive.

Émoi de la famille de la victime

Pendant le prononcé de la sentence, il y a eu de l’agitation dans la salle. La famille du défunt a réagi agressivement à la condamnation des deux accusés. Un frère du défunt a renversé une table, une sœur a crié. Des huissiers de justice sont intervenus et les accusés ont été conduits hors de la salle pour une courte période.

A l’automne de l’année dernière, l’affaire avait déclenché des semaines de manifestations de la part des partisans de droite et des contre-manifestations. Le cas avait fait réagir tout le pays.

L’Allemand de 22 ans était mort dans la nuit du 9 septembre de l’année dernière après avoir tenté de régler un différend sur un terrain de jeu. Selon la médecine légale, il est mort d’une crise cardiaque. Les experts n’ont trouvé aucune blessure résultant de coups ou de coups de pied violents. Le tribunal a néanmoins considéré qu’il était prouvé que les accusés avaient frappé et donné un coup de pied à cet homme de 22 ans, gravement malade du cœur, selon un porte-parole du tribunal. […]

La défense a également soutenu que la mort de l’Allemand de 22 ans ne pouvait être attribuée aux accusés et a exigé l’acquittement de cette charge.

Source : Welt.de via fdesouche

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram