🇬🇧 ArriĂ©risme : le “repassage de poitrine” de plus en plus courant sur les jeunes africaines au Royaume-Uni

ArriĂ©risme. Des travailleurs communautaires de Londres, du Yorkshire, d’Essex et des West Midlands ont informĂ© le journal de cas dans lesquels des prĂ©-adolescentes de plusieurs pays africains Ă©taient soumises Ă  une pratique douloureuse, abusive et finalement futile.

Margaret Nyuydzewira, chef du groupe de la diaspora, l’Organisation de développement des femmes et des filles (Cawogido), a estimé qu’au moins 1 000 femmes et filles du Royaume-Uni avaient été soumises à cette intervention.

Une autre activiste communautaire, qui ne souhaitait pas être nommée, a déclaré être au courant de 15 à 20 cas récents à Croydon seulement.

«Cela se fait gĂ©nĂ©ralement au Royaume-Uni et non Ă  l’Ă©tranger, comme c’est le cas pour les mutilations gĂ©nitales fĂ©minines», a-t-elle dĂ©clarĂ©, dĂ©crivant une pratique selon laquelle des mères, des tantes ou des grands-mères utilisent un fer Ă  repasser pour masser le sein de manière rĂ©pĂ©tĂ©e afin de «casser le tissu» et de ralentir sa croissance.

«Parfois, ils le font une fois par semaine ou une fois toutes les deux semaines – pendant plusieurs annĂ©es, en fonction de la manière dont ils reviennent», a-t-elle ajoutĂ©.

Les auteurs, généralement des mères, considèrent cette mesure comme une mesure traditionnelle protégeant les filles de toute attention non souhaitée des hommes, du harcèlement sexuel et du viol.

Les experts médicaux et les victimes y voient un cas de maltraitance des enfants pouvant entraîner des cicatrices physiques et psychologiques, des infections, une incapacité à allaiter, des malformations et un cancer du sein.
La police affirme n’avoir aucune allĂ©gation de repassage du sein au Royaume-Uni, mais soupçonne que cela se produit.

«Si je savais que cela se passait, je ferais quelque chose à ce sujet. «Les poursuites sont vraiment importantes. Les gens doivent reconnaître ces pratiques pour ce qu’elles sont: la maltraitance d’enfants », a déclaré l’inspecteur Allen Davis de la police du Met.

Le gouvernement a dĂ©clarĂ© qu’il Ă©tait «absolument rĂ©solu» Ă  Ă©radiquer cette pratique. Mais les activistes et les travailleurs sociaux disent que peu de choses ont Ă©tĂ© faites jusqu’Ă  prĂ©sent.
Les Nations Unies la dĂ©crivent comme l’un des cinq crimes mondiaux sous-dĂ©clarĂ©s liĂ©s Ă  la violence sexiste.

Source : VoE

 

Yann Merkado

Liberté, remigration et occidentalisme. Port d'arme, natalité et féminisme blanc. Ma philosophie : Very Few Lives Matter Suivez-moi sur Telegram